Canalisation basse tension

Une canalisation électrique est caractérisée par l’ensemble de trois éléments qui sont :
– Des conducteurs (fils) ou un câble, qui véhiculent le courant électrique.
– Des conduits, pour supporter, maintenir et assurer une protection mécanique.
– Des modes de fixation ou de pose qui prennent en compte le montage de la canalisation, sur les parois, dans les parois, dans le sol, en l’air, ou dans l’eau.

Calcul de l’intensité

DC : Direct current – > Courant continu (CC).
AC : Alternating Current -> Courant alternatif (CA).

Calcul de l’intensité (A) avec la puissance active (kW)

 

Calcul de la puissance (kW) avec l’intensité (A)

 

Conversion de la puissance active (kW) en puissance apparente (kVA)

 

Calcul de l’intensité (A) avec la puissance apparente (kVA)

 

Rappel des formules de puissances :
 

Logigramme de la détermination pratique de la section minimale d’une canalisation : (* : ou juste supérieur)

 

On commence par déterminer la section des conducteurs de phase.

On distingue dans la suite du document deux cas :

– Les canalisations non enterrées.
– Les canalisations enterrées.

Les tableaux qui suivent dans cette section permettent de déterminer la section des conducteurs de phase d’un circuit pour véhiculer l’intensité souhaitée.

Pour obtenir la section des conducteurs il faut :
– Déterminer une méthode de référence désignée par une lettre de sélection qui prend en compte, le type de circuit (monophasé, triphasé) et le mode de pose.
– Déterminer le coefficient K du circuit considéré qui résume les influences ci-dessous :
> Le mode de pose.
> Le groupement des circuits
> La température ambiante.

Détermination de la section des canalisations non enterrées :

Détermination de la lettre de sélection :
La lettre de sélection (de B à F) dépend du conducteur utilisé et de son mode de pose.
Les modes de pose sont très nombreux. La NF C 15-100 les a groupés en méthodes de références désignées par une lettre de sélection de B à F.
 

Détermination du coefficient K :
Le coefficient K caractérise l’influence des différentes conditions de l’installation.
Il s’obtient en multipliant les facteurs de correction K1, K2, K3.

Facteur de correction K1 :
Il mesure l’influence du mode de pose.
 

Facteur de correction K2 :
Il mesure l’influence mutuelle des circuits placés côte à côte. Une pose est dite jointive lorsque L distance entre 2 conducteurs est inférieure au double du diamètre d’un conducteur.
 

Lorsque les câbles sont disposés en plusieurs couches, il faut appliquer en plus un facteur multiplicatif
de K2 :
– 2 couches 0,80.
– 3 couches 0,73.
– 4 ou 5 couches 0,70.

Facteur de correction K3 :
Il mesure l’influence de la température selon la nature de l’isolant.
 

Exemple de détermination du coefficient K :

Un câble PR (polyéthylène réticulé) est tiré sur un chemin de câbles perforé jointivement avec trois autres circuits constitués :
– D’un câble triphasé (1er circuit).
– De trois câbles unipolaires (2e circuit).
– De six câbles unipolaires (3e circuit) : ce dernier est constitué de deux conducteurs par phase.

Il y aura donc cinq groupements triphasés. La température ambiante est de 40°C.

 

Lettre de sélection : E.
> Facteur K1 = 1.
> Facteur K2 = 0,75.
> Facteur K3 = 0,91.

D’où K = K1 x K2 x K3 = 1 x 0.75 x 0.91 = 0,68.

Choix de la section :
Connaissant I’z et K les sections correspondantes sont données par le tableau suivant :
 

Exemple de détermination de la section :

En reprenant les donnés de l’exemple précédant ou le coefficient K était de 0,68, on souhaite véhiculer un courant de 23 A par phase.

 

On choisira une valeur normalisée de In juste supérieure à 23 A.

Solution disjoncteur
Le courant admissible dans la canalisation Iz est égal à 25 A.
L’intensité fictive prenant en compte le facteur K :

I’z = Iz / K = 25 / 0,68 = 36,8 A.

A l’aide du tableau précédant en ce plaçant sur la ligne correspondant à la lettre de sélection E dans la colonne PR3, on lit la section nécessaire pour véhiculer 36,8 A soit pour la valeur immédiatement supérieure rencontrée (42 A) 4 mm² cuivre ou (43 A) 6 mm² aluminium.

Solution fusible
In = 25 A.
Le courant admissible dans la canalisation est Iz = 1,21 x 25 = 30,3 A.

I’z = Iz / K = 30,3 / 0,68 = 45 A.

A l’aide du tableau précédant en ce plaçant sur la ligne correspondant à la lettre de sélection E dans la colonne PR3, on lit la section nécessaire pour véhiculer 45A soit pour la valeur immédiatement supérieure rencontrée (54 A) 6 mm² cuivre ou (59 A) 10 mm² aluminium.

Il faut prendre en compte la chute de tension soit par le calcul, soit avec des abaques.
 

Exemple d’abaques de longueur de câble

 

Conduits électriques

Section utile des conduits :

Pour que les conducteurs ou câbles puissent être tirés ou retirés facilement, on applique la règle du tiers de section.
 

Règle :
La somme des sections totales des conducteurs, isolants compris, est égale au tiers de la section intérieure du conduit.

N x s < 1/3 S N : nombre de conducteurs. s : section totale conducteur + isolant. S : section intérieure du conduit. Section des conducteurs :
 

Section utile des conduits:
 

Exemple
Passage dans un conduit de 3 circuits de conducteurs H07V-U :
– 1 circuit 2 x 1,5 mm² -> 8,55 x 2 = 17,1mm²
– 1 circuit 3 x 2.5 mm² -> 11,9 x 3 = 35,7 mm²
– 1 circuit 3 x 4 mm² -> 15,2 x 3 = 45,6 mm²

Soit au total = 98,4 mm²
Référence des conduits utilisables :
ICA, ICTA, ICTL de 32 mm

IRL de 25 mm

Utilisation des conduits :
 

Nota : Les courants faibles ne doivent pas cheminer dans les mêmes conduits que les courants forts.

Rayons de courbure des conduits :
Des rayons de courbure sont à respecter pour ne pas endommager les conducteurs et les câbles.

 

Les principaux conduits :
 

Conduits encastrés dans les murs ou les cloisons :
Toutes lignes encastrées doit se terminer par une boite de connexion.
Pour prolonger une gaine trop courte il faut utiliser des manchons.
Pour les cloisons non porteuses d’épaisseurs inférieures ou égales à 10 cm il faut respecter les règles suivantes :
 

Le recouvrement au plâtre doit avoir une épaisseur de 4 mm au minimum.

Plinthe plastique :
Les plinthes plastiques sont utilisables dans les locaux secs et interdites dans les locaux humides (buanderie, volumes 0 et 1 de la salle d’eau).
Les cheminements courants forts et courants faibles doivent être réalisés par l’installation de parois à l’intérieure des plinthes.

 

Nota : toutes les plinthes, moulures, … de type bois sont à éviter.
Tous les accessoires pour les plinthes et les moulures doivent être utilisés (extrémités, coudes …)

Fixations des conduits :
Il est recommandé d’adopter les distances suivantes entre les points de fixations :

– Conduits de type rigide R : 0,8 m.
– Conduits de type cintrable C : 0,6 m.
– Conduits de type souple S : 0,3 m.
– Conduits de type cintrable transversalement élastique CT : 0,3m.

Récapitulatif des conduits