La réalisation d’une installation électrique doit répondre à la norme en NF C 15-100.
Cet article décrit simplement le principe de base des circuits d’éclairage.

Les circuits d’éclairage sont protégés par des dispositifs différentiels 30mA dans les locaux d’habitation (non représentés dans l’animation ci-dessous).

Les appareils de commande d’éclairage doivent être fixés au moins à environ 1,10 m du sol fini.
C’est approximativement la hauteur des poignées des portes.
Il convient de positionner le boîtier de commande à l’opposé des charnières des portes.

Pour la réalisation, il faut donc définir les lieux de pose judicieusement. Il existe deux sortes de pose :
– apparente, se dit aussi saillie et encastrée.
Si le choix se porte pour la méthode saillie, les conducteurs seront dans des tubes ou des moulures.
Dans le cas d’une pose encastrée les gaines sont scellées dans les murs ou les cloisons.
Pour la réalisation du câblage électrique, il faut penser en premier à la sécurité.
Tous les raccordements doivent être réalisés hors tension, le disjoncteur général coupé et on doit vérifier l’absence de tension avec un VAT (vérificateur d’absence de tension) ainsi que mettre en place une signalisation d’interdiction de remettre en service.

Les différents montages :

– Le simple allumage permet de mettre sous tension un ou plusieurs points d’éclairage à partir d’un point de commande.

– Le va et vient permet de mettre sous tension un ou plusieurs points d’éclairage et cela de deux endroits différents.
Le principe du mécanisme repose sur la permutation d’un contact. Ce contact oriente la tension vers deux bornes.
L’une de ces deux bornes suivant la position est sous ou hors tension.

– Une solution de moins en moins utilisée consiste à l’installation d’un ou plusieurs permutateurs selon le nombre de points de commande.
Dans notre exemple, nous utilisons un permutateur et deux inverseurs afin de commander l’éclairage à partir de trois points de commande.
Certains fabricants de matériel électrique proposent encore de nos jours des permutateurs.

– Le télérupteur : autorise la commande d’un circuit d’éclairage à partir d’un ou plusieurs boutons poussoirs.
Le télérupteur est utilisé lorsqu’il s’agit d’installer plus de trois points pour la commande de l’éclairage ou lorsque la distance est trop importante entre deux points de commande. Exemples : long couloir, cage d’escalier, grande pièce…